Actualités

Plongée dans l’œil de sorcière

Si tout le monde ou presque est familier du fameux miroir convexe dit « miroir de sorcière », « œil de sorcière », ou encore « miroir des banquiers » sa date d’invention reste en revanche assez floue.

On sait qu’il fut très étudié pendant la Renaissance arabe (du IXe au XIe siècle), avant de faire une apparition remarquée au XVème siècle dans de nombreux tableaux de maîtres anciens, comme par exemple «Les époux Arnolfini» de Jan van Eyck (1434), « l’Allégorie de la Prudence » de Bellini (1489), « les Volets Werl » (1438) de Robert Campin ou encore l’«Autoportrait dans un miroir convexe» du Parmigianino (1524).

 

Passé en vente chez Millon et associés, le 23 avril 2015

Passé en vente chez Millon et associés, le 23 avril 2015

 Par son pouvoir d’agrandir les perspectives et d’en engendrer de nouvelles, le miroir sorcière stimula la créativité des savants et des artistes dans des recherches optiques passionnées, qui menèrent à la création de miroirs multiples, aptes à démultiplier l’image réfléchie pour obtenir de nouveaux effets de perspective et de lumière.

Son large champ visuel en réduisant les angles morts, le rendit vite très utile aux marchands, orfèvres, usuriers et banquiers pour surveiller l’ensemble de leur boutique, y compris les espaces non directement visibles. A tel point d’ailleurs, qu’il en devint même l’un des symboles de l’Argent, comme en atteste cette toile de Quentin Metsys, représentant « Le Prêteur et sa femme ou le « Saint Eloi, orfèvre » de Petrus Christus» (1449)

Passé en vente chez Guillaumot Richard, le 29 novembre 2014

Passé en vente chez Guillaumot Richard, le 29 novembre 2014

Bien que l’on prête à ce type de miroir des pouvoirs protecteurs, il est aussi, paradoxalement, le symbole du caractère fugitif de la beauté et de la vie, comme en témoigne « le Polyptique de la vanité et la rédemption » d’Hans Memling (vers 1490).

Enfin, l’œil de sorcière, également objet de surveillance des maisons bourgeoises, surveillait les faits et gestes du personnel de maison. Ces miroirs étaient installés ostensiblement, décorés de cadres somptueux ce qui accentuait l’impression de surveillance. Sujet de craintes et de superstitions, certains pensaient que l’œil continuait de les regarder, même en l’absence de leurs patrons.

Passé en vente chez Ader, le 20 octobre 2015

Passé en vente chez Ader, le 20 octobre 2015

 Présents partout en Europe et particulièrement en Flandres, ces miroirs sont restés une tradition très vivace en Europe du nord.

« Caméra de surveillance fish-eye » avant l’heure, véritable « troisième œil », mais également porte-bonheur, et diffuseur de lumière, le miroir de sorcière, placé en face d’une fenêtre ou à proximité d’une lampe, permettait enfin de diffuser la lumière dans l’intérieur de maisons souvent sombres.

Passé en vente chez Holz Artles, le 23 mars 2013

Passé en vente chez Holz Artles, le 23 mars 2013

Fréquemment grimés en soleil, ils ont peu à peu trouvé leur place comme objet de décoration, et leur vocation première a été, hélas presque oubliée.

Mais il ne tient qu’à vous de leur en restituer leurs usages premiers en allant découvrir et pourquoi pas, en vous portant acquéreur de l’un des nombreux miroirs de sorcière vendus par nos maisons de ventes partenaires.

 

Isabelle C.