Actualités

« Bond, my name is Bond » … à La Villette … et sur Auction.fr !

Vous avez jusqu’au 7 septembre 2016 pour découvrir « James Bond 007 l’exposition – 50 ans de style Bond » à la Grande Halle de La Villette. Cette exposition exceptionnelle donne accès aux archives d’EON Production, à l’origine des films James Bond. Cette rétrospective rend hommage au talent et à l’imagination des cinéastes et stylistes qui ont participé à l’élaboration de ce style Bond si particulier qui influencera également, au-delà du cinéma, le design et la technologie pendant de nombreuses années.

 

Les scripts, comme les décors, costumes et accessoires des films sont basés sur les romans de Ian Fleming. Les aventures de James Bond, toutes écrites à sa villa de Goldeneye en Jamaïque, sont inspirées de son expérience personnelle et professionnelle. Dès le début de l’exposition, le visiteur est plongé dans cet univers grâce aux séquences d’ouverture et aux véhicules présentés, dont la célèbre Aston Martin DB5, si emblématique des James Bond. De nombreux dessins et esquisses jalonnent la rétrospective et permettent d’appréhender le travail fait sur les décors, costumes et personnages.
© James Bond 007 l’exposition – Photo David Merle

© James Bond 007 l’exposition – Photo David Merle

 

Le style Bond est caractérisé par de nombreux éléments-clés que l’on retrouve dans les différents opus de la franchise. Ainsi, l’environnement doré de « Goldfinger » sera repris dans d’autres films comme « L’Homme au Pistolet d’Or ». L’or est omniprésent, qu’il apparaisse dans les costumes (comme celui de l’hôtesse de l’air Mei-Lei), les accessoires ou les décors. L’exposition en elle-même présente une scénographie dorée en hommage à Sir Ken Adam, responsable des décors sur sept James Bond. Reconnu comme le plus grand chef décorateur de son temps, il a su recréer avec talent les croquis des décorateurs grandeur nature, ce qui a contribué à la popularité des films.
Intérieur du volcan – On ne vit que deux fois, 1967 – Ken Adam : feutre, crayon, gouache grise et bleue, aquarelle sur papier. © 1967 Danjaq, LLC & United Artists Corporation. All rights reserved.

 

© James Bond 007 l’exposition – Photo David Merle

L’exposition rassemble, en grande partie, des reconstitutions permettant au visiteur de s’immerger dans l’univers de James Bond. Ainsi, la section Q est recréée avec toutes sortes d’accessoires que l’on peut retrouver au travers des films. Q, le créateur génial de gadgets et armes du MI6, est à l’avant-garde des nouvelles technologies présentées dans cette section (du téléphone dans la voiture de « Bons baisers de Russie » à la télécommande sur smartphone pilotant le véhicule à distance). Le visiteur est également plongé dans l’univers des casinos que l’on retrouve dans de nombreux films. On y retrouve des costumes portés par James Bond et différents personnages féminins (comme la robe rouge d’Elektra King dans « Le monde ne suffit pas »), des éléments de décor (tel le fameux verre de vodka Martini, boisson favorite du héros) et des croquis d’architecture de Sir Ken Adam.

 

Mais James Bond ne serait pas l’agent 007 sans les méchants qu’il doit affronter et qui sont présents dans l’exposition. Lors des premiers films, les méchants étaient très proches de ceux des livres de Ian Fleming. Avec le temps, costumiers et chefs décorateurs ont pris plus de liberté pour coller avec leur temps et notamment avec les avancées des nouvelles technologies. Certains méchants si charismatiques sont devenus emblématiques comme Requin et sa fameuse mâchoire d’acier.
© James Bond 007 l’exposition – Photo David Merle

 

Golden Gun

Le coup de cœur de l’exposition revient au pistolet de Scaramanga dans « L’homme au pistolet d’or ». Le revolver doré est inspiré du modèle Colt Single Action Army décrit par Ian Fleming dans son roman et l’assemblage du pistolet est réalisé par le fabricant de briquet et accessoires de luxe Colibri. Le canon est ainsi constitué d’un stylo, le chargeur d’un briquet « Moletric 88 », la crosse d’un étui à cigarette et la détente d’un bouton de manchette. Un objet intriguant et d’une surprenante beauté !
Pistolet d’or de Scaramanga – L’homme au pistolet d’or, 1974- © 1974 Danjaq, LLC and United Artsts Corporation. All rights reserved.

 

Si vous vous sentez l’âme de James Bond, découvrez les lots de la vente « Les Standards du Gentleman » proposée le 27 juillet 2016 par la maison de vente Auctionata à New York. Vous y trouverez tous les éléments pour vous sentir un parfait agent secret !

 

Alice P.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer