Actualités

Les sphères armillaires

La sphère armillaire (Armilla : cercle, anneau) est un instrument astronomique représentant les planètes, le soleil et leurs orbites grâce à un ensemble d’anneaux concentriques.

 

Godts le 06 Décembre 2011

Godts le 06 Décembre 2011

Son inventeur reste inconnu. Nous savons seulement qu’Eratosthène, au troisième siècle avant JC, aurait inventé des « armilles », sans plus de précision.

L’une des plus anciennes représentations d’un objet similaire se trouve sur une mosaïque antique à Solonte (Soluntum), cité Gréco-romaine proche de Palerme.

Solonte mosaique ancienne

 

Il existe plusieurs types de sphères armillaires :

  • La sphère d’observation ;
  • La sphère classique de démonstration dite aussi « de Ptolémée » ;
  • La sphère Copernicienne.

 

La sphère d’observation

Cette sphère servait à déterminer les coordonnées célestes des astres, grâce à un système de visée.

Elle fut utilisée de l’Antiquité jusqu’à l’invention de la lunette astronomique, pour disparaître complètement en Occident à la fin de la renaissance.

 

La sphère de démonstration ou «  de Ptolémée »

Elle est constituée des trois dimensions de l’univers ptolémaïque : la terre postée au centre, immobile et autour d’elle, un système de plusieurs anneaux illustrant la structure géométrique de l’univers, avec l’équateur céleste, les tropiques et les cercles polaires.

Un autre anneau représente l’écliptique, qui est, le chemin annuel apparent du Soleil autour de la Terre, c’est aussi la ligne où se produisent les éclipses.

Pescheteau-Badin le 25 Mars 2013 (Sphère Ptolémaique)

Pescheteau-Badin le 25 Mars 2013 (Sphère Ptolémaique)

Les premières sphères armillaires étaient simplement fixées sur une base et statiques. Elles ont ensuite été montées sur un anneau, dit méridien, ce qui les rendait mobiles et libres de tourner sur elles-mêmes.

L’inclinaison est réglable en fonction de la latitude du lieu considéré, et un autre anneau, horizontal, représentant l’horizon de l’observateur permet de simuler le mouvement diurne à travers le ciel.

En Europe elles font leur apparition au cours du Moyen-Age où l’on trouve des exemples d’illustrations dans le fameux traité d’astronomie de Johannes de Sacrobosco, Sphaera Mundi, écrit au XIIIème siècle.

Delorme - Collin du Bocage le 2 décembre 2015

Delorme – Collin du Bocage le 2 décembre 2015

Malheureusement il n’existe plus d’exemplaires survivants de sphères antérieures au XVème siècle.
A cette époque elles acquirent une extraordinaire popularité, jusqu’à devenir le symbole de l’Astronomie et de la Science elle-même. Le Roi Manuel Ier du Portugal, couronné en 1492, en fit son emblème, associé à la formule : spera mumdi. La sphère armillaire figure encore aujourd’hui sur le drapeau du Portugal.

Fresque de Botticelli - Saint Augustin

Fresque de Botticelli – Saint Augustin

Peu à peu les sphères sortent des manuscrits enluminés et apparaissent sur des peintures et des fresques.
A partir du milieu du XVIe siècle, ces instruments, toujours plus raffinés et travaillés, devinrent de véritables objets d’art, de plus en plus recherchés par les collectionneurs de la noblesse.

La représentation de cette sphère devient alors un ornement mobilier.

Adjug'art le 15 mars 2016

Adjug’art le 15 mars 2016

Avec les découvertes de Copernic, des paires de sphères armillaires furent construites, montrant côte à côte le nouveau et l’ancien modèle de l’univers. Ces paires ont continué d’être proposées jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

 

La sphère Copernicienne

Elle apparait à la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle.

Le système Copernicien est héliocentrique et non plus géocentrique : il situe le Soleil en position centrale, entouré d’anneaux figurant les planètes du système solaire dont la Terre.

A ne pas confondre cependant avec les sphères « planétaires » où les anneaux représentant les planètes sont remplacés par des boules.

Boisgirard Antonini Paris 18 décembre 2013 (Sphère Copernicienne)

Boisgirard Antonini Paris 18 décembre 2013 (Sphère Copernicienne)

Même si aujourd’hui, l’objet est dépassé d’un point de vue scientifique, il n’en reste pas moins toujours utilisé dans l’enseignement de l’astronomie.

 

La sphère armillaire est revenue en vogue comme objet de sculpture urbaine.

Parcs et jardins

 

Figure abstraite, elle est présente dans les parcs et les places mais aussi comme objet de décoration, l’aspect scientifique étant désormais relégué au second plan.

 

Voici tout ce qui se vend et s’est vendu sur auction.fr sur ce sujet.

 

Isabelle C.

Enregistrer