Actualités

LA LAQUE, une constante redécouverte.

La laque est une résine végétale qu’il est possible d’appliquer sur toutes sortes de supports comme le bois, le métal ou la pierre. Son travail consiste à appliquer puis poncer plusieurs dizaines de couches de cette résine, ce qui rend un aspect lisse et légèrement translucide à la matière.
Précision grammaticale, la laque désignant la matière première devient LE laque lorsque l’on parle de l’objet recouvert de cette résine.

La laque apparaît pour la première fois en Chine il y a environ 3000 ans, elle ne sera employée au Japon qu’au VIe siècle de notre ère. D’abord utilisée pour sa grande résistance aux chocs, à la chaleur et aux insectes ; la laque servait alors à protéger les armes, les objets ménagers et même les cercueils. C’est au IVème siècle que l’on commence à orner des meubles et objets de laque pour son aspect esthétique.

L’Europe découvre la laque au XVIIe siècle grâce au commerce fait par la Compagnie des Indes avec l’Extrême-Orient. Coffrets, paravents, boîtes ou encore cabinets ornés de laque sont demandés par tous les royaumes. En France, le Roi Louis XIV et sa Cour possèdent alors tous des meubles ou objets en laque venant d’Asie comme ce fubako au somptueux décor du Mont Fuji.Capture

C’est au XVIIIe siècle que la laque prend son essor en Europe, et plus particulièrement en France. Les ébénistes et marchands-merciers ont l’idée d’utiliser des panneaux de laque pour les plaquer sur des meubles européens. Pour appliquer ces panneaux rigides, ceux-ci sont découpés aux dimensions souhaitées puis amincis afin de pouvoir être cintrés à la forme-même du meuble. Ces commodes, bureaux ou encoignures aux formes caractéristiques des styles du XVIIIe sont alors parés de merveilleux décors asiatiques. Adjugée 39 000€ par Artcurial en 2015, cette magnifique paire d’encoignures d’époque Louis XV est ornée de laque de Chine à décor de palais.

Capture3Les effets donnés peuvent être multiples : matériaux incrustés, or utilisé en poudre ou en feuille, laque gravée ou en relief, etc. Les scènes représentées sont elles-mêmes diverses et permettent de différencier, dans la plupart des cas, la laque chinoise et japonaise. En effet, les décors présentant des personnages au milieu d’un palais sont typiques de la Chine tandis que le Japon apprécie les animaux dans des paysages naturalistes. Cette superbe commode vendue 160 000 CHF par l’Hôtel des Ventes de Genève  présente quant à elle un mélange de laque chinoise en façade et de laque japonaise sur les panneaux latéraux.Capture

Un type particulier de laque fut très prisé en France dans le dernier quart du XVIIe siècle. Il s’agit de la laque de Coromandel, d’origine chinoise, dont le nom vient du lieu où accostaient les bateaux de la Compagnie des Indes à destination de l’Europe. Cette technique particulière de gravure sur laque offre un dessin très précis et des coloris vifs comme le bleu, le vert ou l’orange à l’image de cette commode demi-lune  adjugée 5 900€ par Artcurial.
Le succès du laque est tel que des substituts sont recherchés, moins coûteux et plus facile à utiliser. Le vernis Martin, inventé vers 1730, est un des procédés d’imitation les plus abouti. Il offre une palette de couleur plus large et permet de créer de multiples décors, dans le goût asiatique ou au contraire proche des tableaux du XVIIIe siècle.

123

Beaucoup de ces meubles ornés de laques sont créés sous les styles Louis XV et Louis XVI. Cette technique est peu à peu délaissée au profit des décors plus sobres du XIXe siècle.

Sous l’Art Déco, de nombreux décorateurs redécouvrent la laque qu’ils apprécient pour son effet décoratif. Alors que certains créateurs se tournent vers les vernis synthétiques plus faciles d’utilisation et moins onéreux, d’autres continuent à utiliser la laque, notamment lorsqu’il s’agit de créer des œuvres d’exception.
C’est le cas d’Eileen Gray qui se forme auprès du maître japonais Sougawara pour créer des décors modernes et somptueux tout en conservant la technique ancestrale d’application de la laque. Jean Dunand réhabilite quant à lui une technique japonaise oubliée consistant à noyer dans de la laque des coquilles d’œuf finement écrasées. Ce procédé s’inspirant de la mosaïque permet d’obtenir des blancs craquelés d’un effet spectaculaire alors que la couleur blanche est impossible à obtenir avec la laque. L’usage de la laque s’adapte également au mode de vie moderne des années 1920. Ce matériau habille alors poudriers ou étuis à cigarette comme sur ce magnifique modèle à décor de laque noire et rouge et coquilles d’œuf.capture5

La laque sous l’Art Déco reprend les techniques traditionnelles et est utilisée pour orner le mobilier exceptionnel ou de grands panneaux. La nouveauté se situe dans les décors et motifs ornementaux qui emploient les thèmes chers à l’Art Déco. Les scènes de personnages dans des temples sont remplacées par des figures géométriques et stylisées fidèles à ce style. Ce paravent de Jacques Lehmann dit Nam , adjugé 11 000€ par la maison de ventes Tajan, présente un décor en laque de fond marin stylisé caractéristique de l’Art Déco.

Capture7

Séduit par ce matériau ? Dénichez le laque de vos rêves sur Auction.fr  !

Alice P.