Actualités

Tal Coat, Le Peintre des Eléments

Le Domaine de Kerguehennec, situé sur la commune de Bignan (Morbihan), possède l’un des ensembles les plus remarquables d’œuvres de Pierre Jacob (1905-1985) dit « Tal Coat ». Fruits de l’engagement d’une collectivité et du soutien de collectionneurs, ce « centre culturel » a constitué au fil des années, une collection de quelque 1000 peintures, aquarelles, dessins et gravures originales de l’artiste.

Kerguehnnec∏-Cuisset-3786

coll

Ce lieu d’exception est le parfait écrin pour présenter le travail de l’artiste. Pour reprendre les mots d’Olivier Delavallade, porteur du projet du Centre Tal Coat : « Ce lieu n’est pas dans l’agitation ni dans la frénésie des métropoles. Kerguéhennec est un bon lieu, on n’y passe pas, on y vient, on fait la démarche de s’y rendre, et c’est important à une époque où tout est donné, et où l’on voudrait nous faire croire que l’on a plus besoin de chercher. »

Figure incontournable de la peinture française de l’après-guerre, Tal Coat est un autodidacte, issu d’une famille de marins-pêcheurs-paysans. D’abord apprenti forgeron, puis clerc de notaire, mouleur et peintre céramiste, très tôt Pierre Jacob dessine. Il fait ses études d’art à l’Académie de la Grande-Chaumière (Paris) entre 1924 et 1926 et prendra le pseudonyme Tal-Coat, « front de bois » en breton, lors de sa première exposition à la Galerie Fabre en 1927.

Pendant les années 30, l’artiste peint des toiles figuratives, très dépouillées, des portraits de femmes, des autoportraits et des paysages. Considéré comme l’un des plus grands peintres de paysage, Tal Coat travail à rendre réelle la sensation du monde. Il s’occupe de ce qu’il a autour de lui, dans une forme de communion profonde avec la nature, végétale, minérale, animale. Il prend note d’impressions, d’états, de sensations qu’il retranscrit dans des toiles traversées de signes, de lignes et de ponctuations.

coll 1

coll 3

Pour chacune de ses peintures, il faut accepter de laisser le temps faire advenir l’œuvre. Tal Coat, qui parlait beaucoup de la question de l’apparition, disait : « l’apparition, on ne la décrète pas, elle vient à nous. On ne va pas vers l’apparition ».

Quoique ayant vécu dans de nombreux endroits, dont Paris, Aix-en-Provence, la Suisse et la Belgique, c’est bien sa terre natale qui a formé la sensibilité de l’artiste. Lorsqu’on lui demande, en 1976, lors de sa rétrospective au Grand Palais, quelles étaient les sources de son inspiration, il répond : « le contexte gaélique, la pierre et la forêt, l’âme celte »

Tal Coat-%uFFFDCuisset-5648

Ami de Giacometti, de Nicolas de Staël et de Gertrude Stein, son travail a été défendu par des prestigieuses galeries françaises notamment longtemps par la galerie Maeght.

De son vivant, Tal Coat a obtenu également les plus hautes distinctions et représenta la France dans les plus grandes expositions internationales : la première Dokumenta de Kassel, la première Biennale de Venise… Et lorsque la France prêta la Joconde au Japon, en remerciement le Japon souhaita organiser une exposition pour un artiste contemporain français et c’est Tal Coat qui fut choisi !

Retrouvez sur Auction.fr dans la prochaine vente d’Aguttes, le 10 Février 2016, une  œuvre de Tal Coat

Mais aussi dans les ventes passées

 

 

Elisabeth S.